montre


montre

1. montre [ mɔ̃tr ] n. f.
mostre v. 1120; de montrer
Vx, littér. ou spécialt Action de montrer, de mettre en vue.
1Vx ou littér. démonstration, étalage, exhibition, parade. « Il n'avait aucune affectation extérieure, ni montre d'austérité » (Renan). Pour la montre : pour l'apparence extérieure, la parade. — Loc. FAIRE MONTRE DE : montrer avec affectation, faire parade. ⇒ 1. étaler, exhiber. Faire montre de son talent (cf. Faire étalage). Montrer au grand jour, révéler. Faire montre de compréhension (cf. Faire preuve de). « pour faire montre de sa largeur d'esprit » (Proust).
2Comm. Vx Étalage de marchandises pour attirer les acheteurs. Mod. éventaire, vitrine. « Vous avez guigné quelques jolis volumes que j'ai en montre » (Romains).
3Techn. Poterie d'essai dont l'affaissement permet de déterminer la température d'un four de potier, de porcelainier.
montre 2. montre [ mɔ̃tr ] n. f.
• 1537; de 1. montre, « objet qui montre l'heure »
1Petite boîte à cadran contenant un mouvement d'horlogerie, qu'on porte sur soi pour savoir l'heure. fam. tocante. Montres et pendules. Montre de gousset, de poche. Chaîne de montre. « Ces anciennes montres de nos pères, en forme d'oignons » (Nerval). Montre portée au poignet. montre-bracelet. Montre à quartz, à cristaux liquides. Montre étanche. Montre de plongée. Montre de précision. chronomètre. Boîtier, verre, cadran, aiguilles, trotteuse d'une montre. Montre à répétition, qui sonne l'heure quand on appuie sur un poussoir. Consulter sa montre. Montre qui retarde, avance, est arrêtée. Mettre sa montre à l'heure, remonter sa montre.
2Loc. Montre en main : en mesurant le temps avec précision, en minutant. J'ai mis un quart d'heure montre en main pour aller à la gare. Dans le sens des aiguilles d'une montre. dextrorsum.
Sport Course contre la montre, où chaque coureur part seul, le classement s'effectuant d'après le temps mis par les concurrents. Subst. Un contre-la-montre : une course contre la montre. Les contre-la-montre du Tour de France. Fig. « Il faut faire vite, Giuseppe, nous jouons contre la montre » (San-Antonio).

montre nom féminin (de montrer) Littéraire. Être en montre, être exposé en vitrine. Faire montre de quelque chose, le montrer, le manifester, en faire preuve : Faire montre de prudence. Littéraire. Pour la montre, pour l'apparat, la parade, pour attirer les regards. Histoire Contrôle des effectifs des troupes des chevaliers par les officiers du roi. Autrefois, revue et recensement des gens de guerre. Musique Montre d'orgues, jeu de fonds dont les tuyaux, en étain poli, sont placés à la façade d'un instrument. ● montre (difficultés) nom féminin (de montrer) Sens Faire montre. Dans son emploi courant, l'expression n'est pas péjorative : elle a fait montre de beaucoup de clairvoyance (= elle a montré de la clairvoyance, elle a fait preuve de clairvoyance). - Le sens péjoratif de « faire étalage de » est légèrement vieilli : il connaît bien ce domaine et il aime assez faire montre de son savoir.montre (expressions) nom féminin (de montrer) Littéraire. Être en montre, être exposé en vitrine. Faire montre de quelque chose, le montrer, le manifester, en faire preuve : Faire montre de prudence. Littéraire. Pour la montre, pour l'apparat, la parade, pour attirer les regards. Montre d'orgues, jeu de fonds dont les tuyaux, en étain poli, sont placés à la façade d'un instrument. ● montre (homonymes) nom féminin (de montrer) montre forme conjuguée du verbe montrer montrent forme conjuguée du verbe montrer montres forme conjuguée du verbe montrermontre (synonymes) nom féminin (de montrer) Faire montre de quelque chose
Synonymes :
- étaler
montre nom féminin (de montre) Petit appareil portatif, fonctionnant dans toutes les positions, servant à donner l'heure et d'autres indications. ● montre (expressions) nom féminin (de montre) (Course) contre la montre, épreuve cycliste sur route, dans laquelle les concurrents, partant à intervalles réguliers, sont chronométrés individuellement ; action que l'on est contraint d'effectuer dans un temps limité, en général très court. Montre en main, se dit pour indiquer que le temps que l'on donne est précis, qu'il a été vérifié. Montre marine, chronomètre utilisé à bord des bateaux pour les calculs de navigation astronomique. ● montre (homonymes) nom féminin (de montre) montre forme conjuguée du verbe montrer montrent forme conjuguée du verbe montrer montres forme conjuguée du verbe montrermontre (synonymes) nom féminin (de montre) Montre marine
Synonymes :
- chronomètre de marine

montre
n. f. (Vx Action de montrer.)
d1./d Loc. Faire montre de: donner des marques, des preuves de. Faire montre de courage.
d2./d Marchandises en montre, exposées en vitrine.
————————
montre
n. f.
d1./d Instrument portatif qui indique l'heure. Montre électrique, électronique, à quartz.
|| (Afr. subsah.) Tout objet indiquant l'heure. La montre de la gare est arrêtée.
d2./d SPORT Course contre la montre, dans laquelle chaque coureur, partant seul, est classé selon le temps qu'il a mis à parcourir la distance fixée; fig. lutte contre le temps pour accomplir une action, mener à bien une affaire, etc.

I.
⇒MONTRE1, subst. fém.
A.Vx ou littér. Action d'exhiber, de faire étalage (de), de montrer avec ostentation. Synon. démonstration, étalage, exhibition. Cette vaine montre, cette manie des beaux dehors n'est ignorée que des sots, et pourtant presque tous les hommes en sont dupes (SENANCOUR, Obermann, t.2, 1840, p.208). Alors les deux amants affichèrent leurs amours au Bois (...) en firent la montre un peu ostentatoire dans tous les lieux du Plaisir cher (E. DE GONCOURT, Faustin, 1882, p.229):
1. Que le critique exigeât de l'auteur une libération, un dégagement, soit (...). Mais dégagement de quelle contrainte? Mais libération de quelles chaînes? Nous répondions un peu vite: des idées courantes, de la montre et de la convention.
PAULHAN, Fleurs Tarbes, 1941, p.203.
Loc. littér. Pour la montre. Pour l'aspect, l'apparence extérieur(e); pour l'apparat, la parade. Bah! tenez, vos poignards en nacre et en ivoire, c'est bon pour la montre; mais parlez-moi (...) d'un bon gros outil comme celui-ci. (Il tire un grand couteau) (MÉRIMÉE, Mosaïque, Les Mécontents, 1833, p.235). Égoïste et dur, il a jusqu'à la fin vécu pour la montre, gonflant son plastron tout en surface d'une enflure de vanité (A. DAUDET, Nabab, 1877, p.199):
2. Si mon père vivait, je connaîtrais mes droits et mes devoirs; il est mort et je les ignore (...). Un seul mandat: plaire; tout pour la montre.
SARTRE, Mots, 1964, p.22.
Loc. verb. usuelle. Faire montre de (qqc.)
♦Manifester, faire preuve (de). Synon. montrer. J'ai pensé que, par la brusquerie dont il avait fait montre au premier abord, Saint-Avit avait voulu prendre barre sur nous (BENOÎT, Atlant., 1919, p.32). Les «ouvrières» n'en continuent pas moins leur besogne, faisant montre d'un automatisme stupide (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p.281).
♦Montrer avec ostentation. Synon. afficher, étaler, exhiber. Des curieux se pressaient (...). Et l'agent, se voyant observé, ne songea plus qu'à faire montre de son autorité (A. FRANCE, Crainquebille, 1904, p.18). Vous ne pourrez pas faire montre de votre habileté d'observateur aujourd'hui (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p.141).
Rem. Faire montre de tend à perdre son sens péj. et à reprendre son sens premier (faire preuve de): Ils ont fait montre de courage (HANSE Nouv. 1983, p.595).
En partic., vx. [Correspond à montreur] Spectacle, exhibition. Regardez ce molosse, ce chien énorme qui étrangle un lion. Alexandre (ou François Ier) est dans le cirque, froid, calme, nullement ému de ces montres (MICHELET, Journal, 1857, p.367). Chacun veut s'emparer de lui comme d'un animal de montre (DRUON, Louve Fr., 1959, p.105).
B.COMMERCE
1. Vx. Étalage, exposition des marchandises pour attirer les acheteurs ; p. méton. lieu d'exhibition. Synon. étalage. Oh! la belle chaîne! s'écria la jeune fille (...) vous avez joliment bon goût (...) mais avouez que je suis bonne fille de vous servir ainsi de montre à bijoux (SUE, Juif errant, 1844-45, p.165). Ces agitées de choix traversent la brasserie, mais n'y demeurent pas. C'est un refuge, c'est une montre où elles rentrent après chaque amant quitté (BARRÈS, Déracinés, 1897, p.154).
2. Vieilli. Boîte d'étalage fermée par une vitre. Synon. mod. vitrine. La montre d'un antiquaire, d'un bijoutier, d'un charcutier. Lorsqu'en vous promenant vous verrez une figure arrêtée pendant un instant devant la glace d'une montre, examinez-la bien (BALZAC, Fille Ève, 1839, p.35). Les vitrines d'aujourd'hui sont devenues des expositions d'images. (...) le livre d'art envahit la montre avec sa «jaquette» illustrée (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p.11).
En montre. En exposition. Il y a qqc./qqc. (est/reste) en montre. Dans la vitrine (...) des chemises d'homme restaient en montre, des bonnets de femme pendaient (ZOLA, Assommoir, 1877, p.497). Les courtisanes étaient en montre dans leurs «chambres exposées», comme des fleurs à l'étalage (LOUYS, Aphrodite, 1896, p.79). Il y avait en montre une étoile faite de pelotons de laine et deux premiers communiants de bois (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p.250).
En partic. Boîte vitrée où sont exposés des objets précieux. Entre les massives bibliothèques [de la maison de Goethe] (...) sont placées des montres vitrées consacrées à une collection de médailles (NERVAL, Lorely, 1852, p.95).
C. — Domaine milit., vx
1. Faire la montre. Passer en revue, faire le recensement des troupes. Le maître de Saint-Jacques et celui d'Alcantara, venus d'un cantonnement voisin, allaient faire la montre de leurs cavaliers (MÉRIMÉE, Don Pèdre Ier, 1848, p.287).
2. Recensement, contrôle des troupes en vue du paiement de la solde; p. méton. la solde elle-même. Les fausses montres étoient défendues sous des peines rigoureuses: les chevaux devoient être marqués pour être reconnus dans les revues et à fin que la solde ne fût pas payée à un homme d'armes deux ou trois fois pour le même cheval (CHATEAUBR., Ét. ou Disc. hist., t.4,1831, p.127). Tous les mois Rosny fait sa visite à l'armée à la tête de son convoi: il fait voiturer avec lui cent cinquante mille écus pour la montre ou solde (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t.8,1853, p.172).
D.CHIM., CÉRAM., POT. Dispositif, ou poterie d'essai, dont le point de ramollissement renseigne à quelques degrés près sur la température atteinte dans un four (d'apr. DUVAL 1959). Céramique. — Les pyroscopes (...) sont de petites pièces de poterie qu'on nomme montres et qu'on a mises dans des places de l'intérieur du four d'où on peut aisément les retirer (Al. BRONGNIART, Arts céram., t.1, 1844, p.231).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694: monstre; dep. 1740: montre. Étymol. et Hist. 1. Ca 1210 «exemple, modèle» (Dolopathos, 48 ds T.-L.); spéc. comm. a) 1350 «partie de la marchandise que l'on montre pour faire juger du reste; échantillon» (Ordonnances des rois de France, t.2, éd. E. de Laurière et D. F. Secousse, p.354, 30 janv.); b) 1397 «tasse pour faire l'essai des vins» (Arch. JJ 153, pièce 167 ds GDF.); 2. a) comm. «inspection des marchandises» (doc. Arch. mun. Châlons, ibid.); b) ca 1260 dr. médiév. «descente sur les lieux faite en vertu d'un jugement de la Cour, pour procéder à la visite et à la description d'un fief» (Livre de Jean d'Ibelin ds Assises de Jérusalem, éd. A. Beugnot, t.1, p.62); c) ) 1376 milit. «inspection, revue d'une armée» (Modus et Ratio, 217, 44 ds T.-L.: Et quant il fet moustre de ses gens armés); ) 1570 «solde» (BLAISE DE MONLUC, Lettres, 257 ds Commentaires et Lettres de Blaise de Monluc, éd. A. de Ruble, t.5, p.268, 13 févr.); 3. a) 1267 comm. «exposition de marchandises destinées à la vente; foire» jour de monstre (Livre Roisin, éd. A. Monier, §211, p.138); b) 1530 monstre a marchandise «entrepôt, magasin où l'on expose les marchandises» (PALSGR., p.286b); 4. 3e quart du XIIIe s. «action de se montrer, de paraître, exhibition» (Chansons et dits artésiens, éd. A. Jeanroy et H. Guy, XII, 38: Feme qui fait de sen cors mostre, C'est la periere por caïr); 1549 faire monstre de (EST.). Déverbal de montrer. Fréq. V. montre2. Bbg. GOHIN 1903, p.337, 374.
II.
⇒MONTRE2, subst. fém.
Petit boîtier à cadran que l'on porte sur soi, doté d'un mécanisme à mouvement d'horlogerie indiquant l'heure. Synon. coucou (vx), tocante (pop.), trotteuse (pop.). Le voisin qu'elle respectait le plus était (...) l'horloger (...), fouillant continuellement les montres avec des outils mignons (ZOLA, Assommoir, 1877, p.525). Le sexagénaire à moustache grise qui (...) ouvre ma montre, et regarde palpiter l'aiguille trotteuse (COLETTE, Sido, 1929, p.132):
♦ Il en est du bonheur comme des montres. Les moins compliquées sont celles qui se dérangent le moins. La montre à répétition est plus sujette aux variations; si elle marque de plus les secondes, nouvelle cause d'inégalité; puis celle qui marque le jour de la semaine et le mois de l'année, toujours plus prête à se détraquer.
CHAMFORT, Max. et pens., 1794, p.55.
SYNT. Le tic-tac d'une montre; aiguille, boîtier, cadran, ressort, verre de montre; montre de poche ou à gousset, attachée par une chaîne ou un ruban; tirer sa montre de sa poche; montre ancienne; montre émaillée; montre automatique, électrique, électronique; montre (d'/en) or, argent, acier; montre-chronomètre, montre-chronographe, montre-savonnette; montre à remontoir, à ressort, à double boîtier (synon. savonnette); grosse montre de poche (synon. oignon); regarder (l'heure) (à) sa montre; consulter, faire sonner, régler, remonter sa montre; montre qui avance, marche, retarde, est arrêtée; mettre sa montre à l'heure.
Montre à quartz. Montre à dispositif électronique, oscillateur à quartz, remplaçant le mouvement d'horlogerie traditionnel.
Montre à répétition. Montre qui sonne l'heure, le quart et la demie grâce à un bouton-poussoir. Cette belle montre à répétition que vous faisiez sonner dans la bibliothèque, quand nous vous disions qu'il était temps d'aller au choeur (MÉRIMÉE, Carmen, 1847, p.26). V. aussi ex. Chamfort supra.
Montre à réveil. Montre qui sonne à l'heure choisie grâce à un dispositif particulier comme un réveil. (Dict. XXes.).
Dans le sens des aiguilles d'une montre. D'un mouvement circulaire de la gauche vers la droite (d'apr. PETIOT 1982).
SPORTS. Course, épreuve contre la montre. Épreuve le plus souvent cycliste dans laquelle les coureurs sont chronométrés après un départ individuel. Kilomètre contre la montre. Au fig. [En parlant d'une action] Qui doit être terminé dans un délai très bref. Courir, disputer une épreuve contre la montre.
Loc. usuelle. Montre en main. En vérifiant très précisément l'heure à sa montre. Mettre dix minutes, montre en main, pour traverser une ville. Pendant ce temps (...), mon grand-père arpentait sa chambre à coucher, montre en main. Sur le dernier coup de dix heures, il tonnait (SARTRE, Mots, 1964, p.11).
REM. 1. Montre-bracelet, subst. fém. Synon. bracelet-montre. Montre attachée au poignet par un bracelet-support en cuir, plastique ou métal. Des montres-bracelets. On n'est pas en retard, Jacques? Son ami consulte sa «montre-bracelet», secoue la tête (DABIT, Hôtel, 1929, p.215). Elle regardait l'heure nerveusement, tantôt au carillon du restaurant, tantôt à une minuscule montre-bracelet, un diamant taillé en boule qu'elle portait sous son poignet, sur son pouls, attaché par un poil d'éléphant (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.82). 2. Porte-montre, subst. masc. a) Petite boîte ouverte où l'on dépose une montre. Des porte-montres ou des porte-montre. Porte-montre qui me viens de mon grand-père, et si intimement uni à l'existence de ta compagne que si tu disparaissais, je ne saurais où la coucher la nuit (MIOMANDRE, Écrit sur eau, 1908, p.100). b) Petit coussin sur lequel repose une montre accrochée au mur. (Ds Lexis 1975).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694, 1718: monstre; dep. 1740: montre. Étymol. et Hist. 1474 monstre d'oreloge «cadran d'horloge» (Inv. de la comtesse de Montpensier, p.15 ds GAY: une monstre d'oreloge d'yvoire) — fin XVIe s. ds HUG.; 1529-31 monstre d'orloge «horloge portative» (Comptes et dépenses de François Ier d'apr. HAVARD); 1537 monstre «id.» (MELLIN DE SAINT-GELAIS, Œuvres, éd. P. Blanchemain, t.2, p.133); 1579 «id.» (Arch. Nat. KK 165, fol. 454 ds GAY: petite monstre ... garnie de diamans et rubis); 1595 montre sonnante (doc., ibid.) ; 1680 montre à pendule (RICH.); 1690 montre de poche (FUR.); 1922 montre-bracelet (PROUST, Sodome, p.638); 1885 sports courir contre la montre (Le Sport vélocipédique, 13 nov. ds REY-GAGNON Anglic.). Spécialisation de sens de montre1; cf. 1re moitié XVe s. l'a. prov. mostra «cadran d'horloge», Montpellier ds LEVY Prov. Courir contre la montre est un calque de l'angl. to run against the watch, terme de sports, cf. MACK. t.1, p.135.
STAT. Montre 1 et 2. Fréq. abs. littér.:1762. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2147, b) 2492; XXe s.: a) 2579, b) 2773.

1. montre [mɔ̃tʀ] n. f.
ÉTYM. V. 1120, mostre (cf. ital. mostra), monstre « action de montrer »; de montrer.
Vx, littér. ou spécialt. Action de montrer, de mettre en vue.
1 (V. 1290). Littér. Démonstration, dépense, effet, étalage, exhibition, parade. || La montre d'une inconsolable (cit. 2) affliction.
1 Un jour, Mme de Caylus lui envoie une petite quenouille; car Mme de Maintenon aimait à filer de ses propres mains, toute demi-reine qu'elle était : c'était une montre de simplicité et de modestie ajoutée à toutes les autres.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 28 oct. 1850.
2 Il n'avait aucune affectation extérieure, ni montre d'austérité.
Renan, Vie de Jésus, Œ. compl., t. III, p. 202.
3 Toutes ces variations, subtiles à plaisir (…) sentent un peu la montre, la parade.
Gide, Journal, 10 déc. 1942.
3.1 Il suffit d'ailleurs que je pousse un peu plus loin, pour que cette agressivité, qui me maintenait vivant, relié au monde, tourne à la déréliction : j'entre dans les eaux mornes de la déréalité. « Piazza del Popolo (c'est férié), tout le monde parle, est en état de montre (n'est-ce pas cela, le langage : un état de montre ?), familles, familles, maschi paradant, peuple triste et agité, etc. » Je suis de trop.
R. Barthes, Fragments d'un discours amoureux, p. 105.
Pour la montre : pour l'apparence extérieure, la parade. || « C'est un meuble d'apparat qui n'est là que pour la montre » (Académie).
4 Pour la montre, pour la gloire, pour être célébré, exalté des salons, du grand public, il fallait généreusement doubler les députés du Tiers.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., I, I.
5 Si l'un d'eux, avec le titre de gouverneur, allait dans une province, on a vu que c'était pour la montre; pendant que l'intendant administrait, il représentait avec grâce et magnificence, recevait, donnait à dîner.
Taine, les Origines de la France contemporaine, t. II, II, p. 120.
Loc. (Mil. XVIe). Faire montre de… (Vieilli). Montrer avec affectation, ostentation ( Étaler, exhiber) ou sans ostentation ( Montrer, révéler); faire parade.(Mod.). Montrer au grand jour, révéler, faire preuve de… || Faire montre de son charme, de son talent, de sa richesse (→ Étaler, cit. 30).Il a fait montre en cette occasion d'un courage héroïque. || Faire montre de maîtrise (→ Étymologique, cit. 1). Preuve (faire).
6 (Elle) Étale ses beautés, fait montre de ses charmes.
F. de Malherbe, Poésies, II, III, XIII (LI).
7 Je crus d'abord qu'il la faisait ainsi parler littérature (…) pour faire montre de sa largeur d'esprit (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. VII, p. 152.
2 (1243). Vx. Ce qu'on montre pour faire juger du reste. || Acheter du blé sur la montre.(XVe). Échantillon (d'une marchandise). || Une montre de blé.
Étalage de marchandises pour attirer les acheteurs. Étalage, exposition. || Marchand qui fait des montres (→ Marchandise, cit. 2).(Comm.). Mod. Éventaire, vitrine. || Montre d'une boutique. || Avoir une marchandise en montre; objet de montre.
8 Vous êtes sûrement un amateur de livres. Vous avez guigné quelques jolis volumes que j'ai en montre.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, XIII, p. 132.
8.1 — Tu sais, aujourd'hui, je me suis attardé devant le chapelier, celui qui se trouve à gauche en sortant du Comptoir. Il y a quelque chose de très curieux en montre. C'est un chapeau imperméable (…) — On a mis de l'eau dedans pour prouver, pour montrer quoi, qu'il est imperméable; et puis deux canards.
R. Queneau, le Chiendent, p. 19.
(1611). Vx. Boîte vitrée où sont exposées des marchandises précieuses.
9 Les deux squelettes, bien nettoyés, vernis, chevillés en argent, sont couchés sur un lit de fleurs artificielles, de mousse et de coquillages, dans une sorte de montre en glace.
Nerval, Lorely, « Du Rhin au Mein », V.
(Fin XIVe). Vx. Enseigne, objet publicitaire.
3 (Mil. XVIe). Vx. Spectacle, exhibition. || « La montre des marionnettes » (Furetière).
4 (1376). Vx. Revue et recensement d'une troupe. — ☑ Loc. fig. Passer à la montre : être accepté, reçu (sans le mériter).Solde payée (à un, à des soldats).
5 Techn. Poterie d'essai, servant à déterminer la température adéquate du four.
REM. La diffusion de 2. montre fait que tous les emplois concrets de 1. montre sont vx ou techn.; seuls les emplois abstraits survivent dans un usage littéraire ou spécial.
DÉR. 2. Montre.
————————
2. montre [mɔ̃tʀ] n. f.
ÉTYM. 1474, monstre (cadran) d'oreloge; 1537. monstre; 1595. montre; spécialisation de 1. montre.
1 Petite boîte à cadran contenant un mouvement d'horlogerie, qu'on porte sur soi pour savoir l'heure (cit. 32). fam. Tocante. || La montre est une horloge de petites dimensions pouvant fonctionner dans toutes les positions. || Montre de gousset ou de poche, attachée par un cordon, une chaîne ( Chaîne). || Montre portée au poignet sur un bracelet de cuir, de métal. Montre-bracelet. || Beaumarchais, inventeur de montres minuscules ou montres de bagues (→ Horloger, cit. 4). || Grosse montre de gousset. fam. Bassinoire (vx), oignon. || Montre de précision. Chronomètre. || Montre en or, en acier. || Boîtier, lunette, verre, cadran (→ Lumineux, cit. 5), aiguilles d'une montre ( Aiguille, trotteuse).(Vx). || Montre (à) savonnette. || Pièces, mécanismes d'une montre. Horlogerie; ancre, arbre, balancier, barillet, cadrature, compensateur, cuvette, cylindre, échappement, engrenage, fusée, pilier, pivot, platine, ressort, rosette, rouage, roue (→ Engrener, cit. 1), rubis. || Anciennes montres à corde, à chaîne ( Garde-chaîne, tambour); montres à ressort spiral. || Montres à clef (vx), montres à remontoir. || Montre de compensation. || Montre à répétition, qui sonne l'heure, quand on appuie sur un poussoir. || Montre étanche. || Montre de plongée. || Montre à affichage numérique, (abusivt) digital. || Montre à quartz. || Fabrication de montres à Genève (→ Fabriquer, cit. 5), dans le Jura…. || Montre vendue avec garantie. || Tirer sa montre de son gousset (→ Hésiter, cit. 1); regarder sa montre pour savoir l'heure (cit. 34). || Montre qui marche bien, mal, qui avance, retarde. || Tic-tac d'une montre. || Avance, retard d'une montre. || Mettre sa montre à l'heure, régler sa montre. || Monter, remonter une montre. || Montre qui se dérange (cit. 9), qui s'arrête (→ Gâteux, cit. 3). Patraque (vx). || Faire réparer sa montre chez l'horloger (cit. 1). || Rhabillage d'une montre. || Mettre sa montre en gage (cit. 4).
1 Son beau-père portait encore, selon la mode de l'Empire, sa montre dans le gousset de ses pantalons, et laissait pendre sur son abdomen une grosse chaîne d'or terminée par un paquet de breloques hétéroclites (…)
Balzac, Un début dans la vie, Pl., t. I, p. 633.
2 (…) un assortiment de ces anciennes montres de nos pères, en forme d'oignons, que les Turcs préfèrent aux montres plates. Les plus grosses sont les plus chères; les œufs de Nuremberg sont hors de prix.
Nerval, Voyage en Orient, « Druses et Maronites », IV, III.
3 (…) la montre était connue, une montre très forte, à remontoir, portant sur le boîtier les deux initiales entrelacées du président et dans l'intérieur un chiffre de fabrication (…)
Zola, la Bête humaine, IV.
tableau Noms d'appareils et d'instruments de mesure.
2 Loc. Montre en main (proprt : en gardant sa montre dans la main pendant toute l'opération) : en mesurant le temps avec précision, en minutant. || J'ai mis un quart d'heure montre en main pour aller à la gare.
4 — Sire, si j'osais dire ma pensée, je voudrais que votre Majesté eût pour agréable d'attaquer dans un quart d'heure, car, la montre en main, il suffit de ce temps pour faire avancer la troisième ligne.
A. de Vigny, Cinq-Mars, X.
(1885). Sports. Course contre la montre : course où chaque coureur part seul, le classement n'ayant lieu qu'en fin d'épreuve, d'après le temps mis par les concurrents. N. m. invar. || Un contre-la-montre. || « Trois contre-la-montre individuels et six arrivées en montagne sont également au programme » (le Monde, 28 août 2000, p. 14).Fig. || Une course contre la montre : une entreprise qu'on doit mener à bien dans un délai très bref.(Avec un verbe). || Courir, se battre contre la montre.
4.1 À peine parla-t-il des problèmes sociaux. La façon dont il différait de les poser, alors qu'il s'était manifestement attaché avec rigueur à ceux de la monnaie, de l'Empire, et d'abord de l'État, me sembla significative. Il se battait contre la montre, mais pas dans ce domaine.
Malraux, Antimémoires, Folio, p. 149.
Dans le sens des aiguilles d'une montre : dans un mouvement circulaire de la gauche vers la droite, analogue à celui des aiguilles allant de « onze heures » vers « midi ». || Serrer une vis, tourner une clé dans le sens des aiguilles d'une montre. || Plante grimpante (cit. 3) qui s'enroule en sens inverse des aiguilles d'une montre.
5 Les cyclones, dans notre hémisphère nord, tournent de gauche à droite, dans le même sens que les aiguilles d'une montre (…)
Hugo, l'Homme qui rit, I, II, VII.
3 Par anal. || Montre de bord, montre marine, qui donne les indications nécessaires aux calculs de navigation. Chronomètre, compteur (→ Journal, cit. 5).
6 (…) les montres des navires de guerre sont construites d'après des règlements très précis élaborés par la section des instruments scientifiques du Service Hydrographique. Elles sont conservées dans un coffret à suspension et leur surveillance est confiée à un officier (officier des montres).
R. Gruss, Dict. de marine.
COMP. Bracelet-montre, porte-montre. — Montre-bracelet, montre-réveil.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • montré — montré, ée (mon tré, trée) part. passé de montrer. 1°   Qu on fait voir. La lanterne magique montrée aux enfants. 2°   Qu on enseigne. La lecture montrée aux enfants. 3°   Avoir été bien montré, mal montré, avoir eu un bon ou un mauvais maître.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • montre — MONTRE: N est bonne que si elle vient de Genève. Dans les féeries, quand un personnage tire la sienne, ce doit être un oignon : cette plaisanterie est infaillible «Votre montre va t elle bien ? Elle règle le soleil.» …   Dictionnaire des idées reçues

  • Montre — Mon tre, n. [F., show, show case, organ case.] 1. (Organ Building) A stop, usually the open diapason, having its pipes shown as part of the organ case, or otherwise specially mounted. [Webster 1913 Suppl.] 2. A hole in the wall of a pottery kiln …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Montré — (spr. Mongtreh), rother Champagner zweiter Sorte …   Pierer's Universal-Lexikon

  • montre — (mon tr ) s. f. 1°   Action de montrer ; sens qui n est guère usité que dans la locution : faire montre, montrer avec une sorte d étalage. •   Elle.... Étale ses beautés, fait montre de ses charmes, MALH. V, 23. •   Quand un discours naturel… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • MONTRE — n. f. Action de montrer. Il ne s’emploie guère en ce sens que dans l’expression : Faire montre de, Faire parade. Faire montre de son esprit. Faire montre d’érudition. Il désigne aussi Ce que les commerçants exposent à l’étalage de leur magasin,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • MONTRE — s. f. Échantillon, portion, partie, morceau de quelque chose qui est à vendre, et dont on veut faire voir la qualité. Voilà une montre de blé, d avoine. Une montre de pruneaux, de confitures.   Acheter du blé, de l orge, de l avoine sur montre, D …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • MONTRE — s. f. Petite horloge qui se porte ordinairement dans une poche destinée à cet usage. Montre ronde, plate. Montre d or, d argent. Montre à boîte d or, à boîte d argent. Montre à double boîte. Montre de cuivre. Montre émaillée, guillochée. Montre à …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Montre — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Montre peut désigner : la montre (horlogerie), pour indiquer l heure ; la montre (militaire), une revue militaire de la noblesse française sous… …   Wikipédia en Français

  • montre — nf. (qui donne l heure) : MONTRA nf. (Aix, Albanais, Annecy.003b, Montagny Bozel, St Nicolas Cha., Thônes, Villards Thônes), mouro (St Martin Porte), moutra (003a, Balme Si., Conflans, Marthod, Revroz, Villard Doron.) ; péklè nm. (Juvigny). E. :… …   Dictionnaire Français-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.